Dbloc notes

Dbloc notes

Alain Souchon

Amiens le 6 mai 2007
 
«  J'aimerai bien voir Souchon aussi » et quand on dit ça à son papa, enfin surtout si c'est moi le papa ça signifie, vite le calendrier de la tournée. Rouen, un jour de classe ou  veille de classe, pas sérieux,  Amiens, un samedi soir, super, on y était en 2005 pour voir Jonasz, supersalle, c'est vendu. On arrive à Amiens sous le déluge, vite la place.  Public mélangé jeunes quelques enfants, des personnes âgées un vrai échantillon de population.
Souchon, je l'ai vu plusieurs fois, les premières fois rapprochées c'était dans une salle de maison de la culture, et oui, mais une grande maison de la culture avec une salle « scène nationale ».  C'était du temps de Giscard, je faisais le « placier », le jour du spectacle un membre de la toute petite équipe est venu voir tout le personnel et réuni et a insisté pour que nous soyons particulièrement efficaces pour répartir le public car « Alain Souchon aime commencer à l'heure ». Je ne sais pas s'il a toujour la même obsession de l'horaire en tout cas, à 21heures pile, la lumière s'éteint, certains ne sont pas encore assis des places sont vides il y a encore quelques personnes qui sont dans l'entrée.
Ballade de Jim, entrée de Souchon,  nous sommes au 5 rang, on voit très bien, ce qui m'amuse c'est qu'il a gardé la même allure de grand ados grandit trop vite, les cheveux sont plus clairsemés et le ccoiffeur a donné un coup de main pour la couleur, mais il n'as pas tellement l'air d'avoir changé, il a toujours cette allure de chanteur à frisettes de la génération Berger Souchon Jonasz…  j'ai l'impression que Cabu pourrait le croquer facilement en gribouillant sa tête sur le corps du grand duduche (c'est pas une insulte).
Ballade de Jim et c'est parti la salle est un peu timide mais ça va , l'ambiance s'installe. Je vous refait pas  la liste des musiciens, la famille Coeuriot  Michel au clavier, Mr Faucheux à la batterie mr Kochman à la guitare, c'est du solide. La set list est à peu près celle écrite dans un autre fil, encore que je ne suis pas certain  qu'on ait eu comédie mais je n'ai pas pris de note. Eclairage chicos de Mr Rouveyrolis, il éclairait Barbara si je me souviens bien, un jeu de rideau et un fon blanc mais pas de projections d'images, peut être y en avait il à l'Olympia, moi j'aurai bien vu des trucs sur certaines chansons.   A partir des cadors et de l'histoire qui précède la complicité s'installe et la salle est échauffée.  « J'aimais mieux quand c'était toi »  Alain invite les gens du fond a constater qu'ils n'ont pas la taille de nains de jardins et c'est la ruée vers les premiers rangs.  Suite du set ambiance surchauffée pour la foule sentimentale rame et la rumba, tout le monde chante.
Ma fan de Souchon a vu en vrai le vieux jeune homme de la chanson française, c'était bien.. Pour moi, un vrai petit verre de champagne, léger pétillant rafraîchissant.


 

si vous êtes fan inconditionnels ne lisez pas ce qui suit

Et oui, Amiens je l'ai écrit supersalle l'auditorium, mais là c'était dans une construction idéale pour la foire expo et les concours de comices agricoles, les vaches et les cochons doivent y être à l'aise pour les concours agricoles, les moissonneuses batteuses peuvent y manœuvrer à l'aise.  Pour le spectacle on a droit à ces horribles chaises de plastique marron et pieds inox accrochées entre elles, la toiture présente quelques fuites pour récupérer la flotte qui tombe,  nous avons devant nous une gigantesque poubelle et un seau, le voisin de ma fille devra changer de place en cours de concert car il pleut sur son siège.  Côté acoustique, c'est nul, résultat la sono doit être poussée pour propulser le son au fond de la salle et lutter contre la réverbération, résultat sur la première partie du concert et pour les chansons les plus pêchues, les guitares saturent et même la voix d'Alain dans les aigus ! heureusement que nous sommes quasiment au milieu.
 Le comble c'est quand Alain par gentillesse, (démago dira un vieux monsieur derrière qui ne peux pas se lever) invite les rangs du fond à venir devant et à finir le concert debout, les travées sont envahies et si moi j'arrive à voir (ceux derrière moi beaucoup moins), ma fille qui  a quand même dépassé le mètre soixante doit monter sur la chaise pour voir, et il faut que je l'y force car chez moi ça ne se fait pas. La gamine derrière nous plus petite doit voir à peine la tête, je ne vous parle pas des gens âgés ou qui ne peuvent être debout qui hurlent assis mais qui n'obtiendront pas gain de cause et finiront le concert en regardant le dos de ceux qui sont devant et la tête d'Alain qui émerge.
J'ai dit Champagne, je maintiens mais là on nous l'a servi dans un gobelet en plastique, dommage ! à 43 €uros la place en catégorie 1  de passer la moitié du spectacle en équilibre sur une chaise, peut être carrément il fallait supprimer toute notion de catégorie et même les chaises et annoncer un concert debout, après chacun voit s'il a envie d'attendre 2heures pour être bien placé et passer encore 2 heures debout pour le spectacle, en tout cas ça permettrait de supprimer la gestion des locations qui renchérit le prix des billets et qui n'a pas servi à grand chose.
En tout cas, si je retourne le voir, soit je vérifierai que c'est une VRAIE salle de spectacle et d'une taille qui corresponde à l'ambiance des chansons de Souchon (c'est pas Téléphone) ou si je consens à aller dans une de ces pseudo salles géantes, je prends le dernier tarif et dès la lumière éteinte je descends me planter devant.  Ce spectacle m'a rajeuni et m'a rappelé le dernier Souchon que j'avais vu, sous le même chapiteau qui avait servi quelques semaines plutôt à Yves Montand, il fallait jongler avec les piliers pour être bien placé et en dehors des 10 premiers rangs milieu le son était plus ou moins pourri.

 

 

 

 



13/10/2007
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres