Dbloc notes

Dbloc notes

pôle ouest

Mardi 10 1h20 d'autoroute (sans respecter les limites) pour arriver
au bas de l'avenue de la grande armée puis 1h40 pour atteindre
l'Olymp' y z'habitent haut les dieux, si si le ciel n'était pas si
loin d'ici...
Alors c'était comment ? dis raconte
IL A TOUT FAUX LE PERE JONASZ moi j'connais quelque chose qui dure
toujours, c'est le talent de l'artiste et la chaleur du public.
Z'avez eu peur hein, j'ai failli me faire virer du site ?
évidemment je ne suis pas très objectif, j'ai même un pote qui dit
que si Jonasz chantait l'annuaire j'achèterai même les pages
jaunes...
Je vous raconte une petite anecdote : devant moi un couple qui
n'avait vraiment pas l'air de rouler sur l'or, elle a fait des
coquetteries capillaires et a mis ses "beaux habits", lui a fait
toilette (avec force eau de toilette) et a même acheté une belle
chemise neuve à peine sortie de l'emballage et qui porte encore les
plis de présentation, à leurs pieds, un de ces gros bouquets
chichiteux avec des roses rouges, des marguerites blanches et des tas
de petites fleurs le tout avec un emballage à ruban genre vainqueur
d'une étape du tour. Pendant tout le concert ils participent à
mort on les sent très émus. Au premier départ, ils se lèvent et
partent dans le noir avec le bouquet. Quand Michel revient avec les
musiciens la lumière revient, le bouquet est posé sur le bord de la
scène, on ne voit pas les deux tourtereaux. Ils ont seulement voulu
montrer à quel point c'était important pour eux, non seulement ils
ont cassé la tirelire pour venir mais en plus ils tenaient à montrer
qu'ils étaient heureux. J'espère que les pseudos intellos qui se
vantaient bruyamment d'avoir eu des invitations (de qui??) et qui se
sont foutus de leurs gueules auront eu honte de leur petitesse
d'esprit. C'était un peu cucu mais ils étaient si touchants.
Bon je vous quitte, ma clarinette est chaude et j'ai un swing sur
le feu et du blues au frais. un autre jour je vous raconterai mes
vacances au bord de la mer, comment my woman is gone, Ma petite
Lucille qui n'a pas un coeur de béton, les années papier de verre qui
m'ont pris mon père qui s'est envolé en écoutant Om les hommes, mais
tout ça c'est notre histoire à Michel et à moi, on verra quand on
s'connaîtra mieux.
.



28/05/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres