Dbloc notes

Dbloc notes

Dautin Yvan

Yvan Dautin, pour une fois un article avant un concert... 

 

 

Il y a une éternité au siècle dernier, j'ai découvert un type en allant à un concert, c'était une première partie, parfois les premières parties c'est la galère pour l'artiste ou pour le public, ou parfois pour les deux, mais là j'étais bien content. Et oui, pour faire le joli cœur et le garçon galant j'avais offert un concert Julien Clerc, c'est pas que je n'aime pas, mais ça ne représentait pour moi que de la « variété » de qualité mais pas transcendant, j'étais vraiment un ange quand j'étais jeune j'avais même assisté à « d'amour et d'eau fraiche » un film avec Julien Clerc et Miou-Miou, sans faire aucune réflexion, et même en ayant l'air de me passionner, je me souviens que Julien avait chanté .

  Coup de bol avant que Juju ne nous chante "this melody" ou "souffrir par toi n'est pas souffrir" (mince c'est pas du frais) , un type avec un visage rond de pierrot lunaire, qui nous balance des textes mi drôles mi tragiques, avec jeux de mots divers, un héritier de Boby Lapointe, Prévert et Vian.  Je l'avais entendu avec son premier tube pour moi : la méduse, je l'apprenais aux gamins en colo, logiquement j'avais vu l'interprète dans une MJ avec un groupe de filles qui l'accompagnaient les Jeannes. Là j'avais adoré, une fantaisie et un humour très british parfois. Mais le monsieur avait plusieurs cordes à son arc et il a aussi tâté du théâtre il joue dans « Arsenic et vieilles dentelles » mis en scène par Hossein avec Jean Marie Proslier dans un rôle de vieille bonne femme, de la comédie musicale il joue Thénardier dans la comédie musicale « les misérables »  (dans Roméo et Juliette ça vous aurait épaté). Bref, il fait une carrière multicarte dans une époque de spécialisation,  il le dira lui-même en introduction d'un des spectacles auxquels j'ai assisté « je fais une carrière d'une lenteur fulgurante », d'une maison de disques à l'autre et parfois sans, il continue son bonhomme de chemin, se fait scénariste apparaît dans des téléfilms, un Maigret entre autre.  

      Il sort chez Sony un nouvel album et une compil en 92 ou 93 je ne sais plus, je sais juste que ma fille n'était pas née, un show case à la fnac de Rouen (j'avais pris mes 33 tours, mais il y avait des gens qui semblaient le connaitre et qui discutaient donc j'ai filé), et après j'attends vainement un spectacle et rien.

Grâce au net, j'apprends récemment qu'il fait un concert au forum Léo Ferré à Aubervilliers, mais c'est le soir qu'un jeune artiste ami a choisi pour une scène parisienne, rendez-vous manqué.

Il doit sortir un disque prochainement, et en tout cas un spectacle est prévu en mai à Aubervilliers, j'y serai.

 

Un deezer avec des titres tirés de mes disques, il faudrait que je fasse transférer tout sur CD pour en profiter mieux, pour rire et s'émouvoir  avec des textes comme la méduse, les mains dans les poches, la mal mariée, la portugaise, Léa, Kate, le jour se lève du pied gauche, si tu reviens dans ma cuisine, l'orang outang et tant d'autres dont le boulevard des batignolles plus souvent passé en radio chez Foulquier entre autres, faut que je recherche mes cassettes. Et la rarement passée sur les ondes, le plus riche du cimetière, une histoire de marchand d'armes dont le business marche si bien que tout le monde est mort avec la complicité des autorités religieuses toujours promptes à bénir les canons avec au refrain

 

j'ai vendu des stigmates aux astigmates

et des hosties dans les hostos

j'étais marchand d'épate

marchand de pomme à l'eau

de canons à patate (là je ne suis plus sûr)

et d'attrape nigauds

 

le pape a des couilles

le pape est un couillon

il bénit les andouilles et les gens bons

 

là on comprend que ça soit peu passé, une fois en Suisse et encore c'était une erreur de plage et le type a été viré...

 

 

 

Yvan Dautin Aubercail 

J'y étais

 

La dernière fois c'était quand ?  en show case dans les années 92 93, en spectacle début des années 80, mais Mr Yvan fait comme il l'avait dit une carrière d'une lenteur fulgurante et avec des pauses. J'ai donc sauté sur l'occasion pour écouter les nouvelles chansons d'un disque en préparation, ça fait un effet bizarre de se retrouver après si longtemps, un peu comme retrouver des copains d'école, on se demande si on aura encore quelque chose à se dire.  D'abord la voix a gardé son timbre avec peut être un peu plus de graves, je sens  Yvan un peu stressé et déconcentré par cette salle en forme de cirque et surtout par ces gens qui vont et viennent pour aller chercher à boire et autres, sans parler de la plaie actuelle du spectacle vivant : « le téléspectateur ! » habitué qu'il est à planter son cul dans son canapé et à jeter un œil plus ou moins torve sur l'écran en continuant ses discussions avec l'entourage, le téléspectateur pense que tout le monde est intéressé par son avis sur la musique les paroles l'éclairage ou l'évocation de souvenirs de concerts voir le menu de la cantine à midi.

 

        Bref déconcentré ou pas, Mr Yvan nous a livré des nouvelles chansons douces amères, toujours tricotées main, à jolis points qui laissent passer un regard mélancolique et amusé sur la vie qui va ou les amours qui viennent ou s'en vont.  A petite touche, cet impressionniste du verbe s'appuie sur le piano d'Elie   Maloouf, entre swing élégant et chanson française façon la butte, il y a du Mouloudji et du Lapointe dans le bonhomme et parfois de la bonhommie bourvilesque dans le Dautin d'aujourd'hui, mais il y a aussi du Ferré en colère et du Ferré poète avec Mr William ou « ils ont voté», comparé à d'anciens tours de chant la partie un peu drolatique est mise de côté, peut être à cause de ce set un peu raccourci et des 2 groupes passant après, mais il y a toujours ce petit clin d'œil en coin, les mains dans les poches (en extrait vidéo plus loin) et la malmariée, j'en aurai bien pris d'autres (voir l'intégrale).

    Près d'une heure 30 , ça devait plaire à d'autres, des rappels  mr Yvan vient s'excuser car il y a du monde après, mes voisins de table m'ont dit « c'est comment son nom déjà ? » au moment où on nous enlevait les tables pour laisser la place à Mon côté punk

 J'ai passé un excellent moment, comme quand on retrouve des amis perdus de vue et qu'on s'aperçoit qu'on a encore plein de trucs à se dire. Armé de courage et d'un peu de culot, je m'étais muni de mes 2 CD pour les faire signer, mais point de réapparition, le groupe suivant finissant ses réglages, je sentais mon envie de dédicace et de mots échangés fondre comme neige au soleil, j'avais mis ma chaise de côté, et voilà que Mr Yvan lui-même se pointe et vient voir les gens assis juste devant moi qui le connaissaient, me voyant derrière et ayant repéré sans doute le gugus planté au premier rang sous son nez qui buvait ses paroles en prenant des photos, il m'adresse un bonjour (en fait il devait se demander si on ne se connaissait pas) du coup le temps de papoter un peu, de poser sa patte sur mes CD, le rendez-vous est pris, une salle parisienne pour la sortie du disque à l'automne et sans doute d'autres rendez-vous, on n'a pas changé ou presque, et on a des tas de trucs à se dire.

 

 

 

 

 

 

MYSPACE YVAN DAUTIN

 le nouveau CD sort en souscription
par là

et la date du 20 octobre est arrêtée pour le spectacle au Vingtième Théâtre
pou fêter la sortie de cet album
(à 20 h – 7, rue des Plâtrières, Paris 20e – Métro Ménilmontant ou Gambetta).

Le titre du CD me plait beaucoup

Ne pense plus, dépense

Dautin en spectacle le 20, il faut le voir!

 

 

 

 

 



27/03/2008
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres