Dbloc notes

Dbloc notes

Bashung à l'ELysée

Montmartre 16 novembre 2008

 

Arrivé vers 16 heures pour un concert  à  19 heures, donc faut passer plus de deux heures et demies à papoter sur les marches puis entassés entre les barrières que les vigiles installeront une petit heure avant l'ouverture.

Enfin, on entre, direction un peu à gauche du micro appuyé sur la rambarde, ce sera plus cool pour le dos.

Première partie Fred, seul  la guitare, plutôt sympa, une envie de ré écouter ce qu'il fait, un petit côté De Palmas pas déplaisant, à suivre. Les photos.

 

Concert Bashung, là côté image, ça se gâte, le producteur qui est aussi le propriétaire de la salle exige des vigiles qu'il confisquent tous les appareils un peu performants, dommage j'ai pas pris le petit de secours, quelques pauvres images au téléphone resteront (en plus je sais pas me servir de l'appareil photo du téléphone et de ses "effets spéciaux")…. Pas grave, l'essentiel est dans ma rétine et mon disque dur perso.

    Bashung entre en scène avec son chapeau, je préfère à la casquette Helmut Schmidt, et c'est parti. Trois mots pour dire que c'est dimanche et que ce n'est pas une raison pour faire des sermons, et comme un légo… il est en forme, plus en forme que cet été, la démarche est plus souple, et lui-même se plie en deux pour saluer ou pour son jeu de scène. La set list semble avoir peu évolué, le résident de la république a disparu le jour où Bashung est à l'ELysée normal, Night in White satin est remplacé par la chanson de Macadam Cow boy, Chloé Mons vient pour un duo sur Calamity Jane (et ce n'est ni faux ni ennuyeux, tout juste son look tranche un peu avec l'élégance de Bashung).. Tout au long du concert, les yeux mi-clos, les mains s'agitent et dansent dans les fumigènes bleus et mauves.  Pour Bashung pas besoin d'accessoires multiples ou de mises en scène à grand spectacle, sa présence suffit à remplir toute la scène de l'Elysée Montmartre, pas de captation vidéo, mais d'énormes micros vers le public, comme si un CD live était en vue, si c'était vrai, ce serait bien, parce que j'aime beaucoup la sobriété vocale que les circonstances ont imposée, je n'aimais pas plus que ça quand il allait jusqu'à se déchirer la voix..

En une heure quarante, le Bashung express dépose ses passagers, tout surpris d'être déjà de retour et n'ayant qu'une envie, remonter à bord, tant mieux dans moins de 15 jours j'ai encore mon billet…

 

 

EDIT le concert d'Alençon fut annulé pour cause de santé, grosse baisse de tension, le directeur de salle n'ayant pas voulu « prendre le risque du décalage de date au 20 février » pas de report, j'aurai passé quand même 4 heures avec lui dans l'autoradio…

 


Découvrez Bash!


26/02/2009
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres